fbpx

Dette technologique : enjeux et solutions

Classe Affaires, dette technologique
Lecture : 3 min
Ce n’est pas un hasard si l’expression dette technologique évoque le domaine de la finance. D’un côté, il y a la dette qui traîne depuis trop longtemps et dont il faut s’acquitter pour passer au niveau supérieur. De l’autre, il y a les dettes récentes, celles qui n’offrent pas le retour sur investissement espéré. Comment votre entreprise peut-elle minimiser ces deux types de dettes technologiques ? Voici nos conseils.    

  

 

Une dette technologique, qu’est-ce que c’est ?  

  

Une dette technologique peut être un retard accumulé dans la modernisation des infrastructures. On parle ici de matériel, mais aussi de l’ensemble des systèmes en usage dans votre entreprise. Vous ne toléreriez pas que des ordinosaures entravent la productivité de votre équipe, il est nécessaire d’adopter la même attitude face aux solutions d’affaires que vous utilisez. Si ces systèmes tiennent le coup, ils équivalent parfois à envoyer un fax plutôt qu’un texto, ils limitent la performance et la croissance de votre organisation.  

  

Une dette technologique peut également être causée par des solutions récentes, mais qui sont en décalage avec les objectifs de votre entreprise. Lorsque les systèmes et les stratégies d’affaires sont désalignés, on peut s’attendre à des résultats décevants et des coûts supplémentaires non négligeables. Dans un contexte où la pénurie de main-d’œuvre s’accentue, les pertes d’efficacité doivent être repérées rapidement et éliminées adéquatement. Une solution parfaitement adaptée à votre organisation répond à ses besoins présents, mais anticipe aussi leur évolution future, ce qui prévient l’accumulation d’une dette technologique.   

  

 

conseils pour contrer la dette technologique  

  

 1.  Ciblez les systèmes désuets nuisant à la performance de votre entreprise et cessez l’adaptation de ces outils à de nouveaux besoins. Concentrez plutôt vos investissements sur l’implantation de solutions innovantes, lesquelles seront plus rentables à long terme et amenuiseront votre dette technologique. 

 

2.  Analysez adéquatement vos besoins avant d’amorcer un projet technologique. Cette analyse permet de mesurer votre dette technologique, d’évaluer l’efficacité de vos flux de travail et d’identifier les objectifs prioritaires. Escamoter cette phase peut représenter une économie de temps et d’argent à court terme, mais pas à long terme. Plus nombreux sont les ajouts imprévus et les correctifs apportés au plan de départ, plus la probabilité que le programme devienne un spaghetti s’accentue. C’est pourquoi une analyse approfondie de votre situation augmente la qualité finale du projet, alors qu’elle minimise les coûts surprises, les délais de livraison et votre dette technologique.    

 

3.  Cartographiez les technologies en place et leurs interactions. Ce processus vous aide à comprendre les implications d’une modification sur le système dans sa globalité. Maintenir cette cartographie à jour facilite aussi la prise de décisions éclairées en matière de TI et permettra de garder votre dette technologique sous contrôle.    

  

4.  Adoptez une vision long-terme de vos besoins pour choisir des solutions d’affaires suffisamment flexibles pour s’adapter à vos stratégies et vos besoins futurs. De ce fait, vous vous assurez d’un meilleur retour sur investissement.   

  

5.  Définissez les étapes de votre projet technologique et établissez un échéancier réaliste afin que toutes ses phases soient complétées avec succès. En privilégiant la qualité plutôt que la vitesse, vous gagnerez à long terme. Par exemple, procéder à une phase de tests avant de rendre un système disponible vous permet de cibler les problèmes potentiels et de les régler convenablement dès le départ. Vous éliminez ainsi des rectifications faites a posteriori et vous préservez qualité de vos systèmes.   

  

6.  Entretenez adéquatement vos solutions. Effectuer régulièrement des mises à jour retarde l’apparition d’une nouvelle dette technologique. Centraliser la gestion des demandes d’ajouts et de corrections évite aussi qu’une multitude de modifications indépendantes soient apportée à vos solutions et affecte la cohésion de leur structure. Votre cartographie des processus devient ici un atout majeur, car il vous permet d’évaluer l’incidence de chaque demande et prendre des décisions avisées.   

  

 

Vous souhaitez vous attaquer à votre dette technologique ?

 

Nous pouvons faciliter votre cheminement et vous accompagner dans l’analyse, la définition et la réalisation de votre projet.   

 

Contactez-nous, ce sera un plaisir d’en discuter avec vous !

Articles récents

Classe Affaires, dette technologique

Dette technologique : enjeux et solutions

Lecture : 3 min
Ce n’est pas un hasard si l’expression dette technologique évoque le domaine de la finance. D’un côté, il y a la dette qui traîne depuis trop longtemps et dont il faut s’acquitter pour passer au niveau supérieur. De l’autre, il y a les dettes récentes, celles qui n’offrent pas le retour sur investissement espéré. Comment votre entreprise peut-elle minimiser ces deux types de dettes technologiques ? Voici nos conseils.    

  

 

Une dette technologique, qu’est-ce que c’est ?  

  

Une dette technologique peut être un retard accumulé dans la modernisation des infrastructures. On parle ici de matériel, mais aussi de l’ensemble des systèmes en usage dans votre entreprise. Vous ne toléreriez pas que des ordinosaures entravent la productivité de votre équipe, il est nécessaire d’adopter la même attitude face aux solutions d’affaires que vous utilisez. Si ces systèmes tiennent le coup, ils équivalent parfois à envoyer un fax plutôt qu’un texto, ils limitent la performance et la croissance de votre organisation.  

  

Une dette technologique peut également être causée par des solutions récentes, mais qui sont en décalage avec les objectifs de votre entreprise. Lorsque les systèmes et les stratégies d’affaires sont désalignés, on peut s’attendre à des résultats décevants et des coûts supplémentaires non négligeables. Dans un contexte où la pénurie de main-d’œuvre s’accentue, les pertes d’efficacité doivent être repérées rapidement et éliminées adéquatement. Une solution parfaitement adaptée à votre organisation répond à ses besoins présents, mais anticipe aussi leur évolution future, ce qui prévient l’accumulation d’une dette technologique.   

  

 

conseils pour contrer la dette technologique  

  

 1.  Ciblez les systèmes désuets nuisant à la performance de votre entreprise et cessez l’adaptation de ces outils à de nouveaux besoins. Concentrez plutôt vos investissements sur l’implantation de solutions innovantes, lesquelles seront plus rentables à long terme et amenuiseront votre dette technologique. 

 

2.  Analysez adéquatement vos besoins avant d’amorcer un projet technologique. Cette analyse permet de mesurer votre dette technologique, d’évaluer l’efficacité de vos flux de travail et d’identifier les objectifs prioritaires. Escamoter cette phase peut représenter une économie de temps et d’argent à court terme, mais pas à long terme. Plus nombreux sont les ajouts imprévus et les correctifs apportés au plan de départ, plus la probabilité que le programme devienne un spaghetti s’accentue. C’est pourquoi une analyse approfondie de votre situation augmente la qualité finale du projet, alors qu’elle minimise les coûts surprises, les délais de livraison et votre dette technologique.    

 

3.  Cartographiez les technologies en place et leurs interactions. Ce processus vous aide à comprendre les implications d’une modification sur le système dans sa globalité. Maintenir cette cartographie à jour facilite aussi la prise de décisions éclairées en matière de TI et permettra de garder votre dette technologique sous contrôle.    

  

4.  Adoptez une vision long-terme de vos besoins pour choisir des solutions d’affaires suffisamment flexibles pour s’adapter à vos stratégies et vos besoins futurs. De ce fait, vous vous assurez d’un meilleur retour sur investissement.   

  

5.  Définissez les étapes de votre projet technologique et établissez un échéancier réaliste afin que toutes ses phases soient complétées avec succès. En privilégiant la qualité plutôt que la vitesse, vous gagnerez à long terme. Par exemple, procéder à une phase de tests avant de rendre un système disponible vous permet de cibler les problèmes potentiels et de les régler convenablement dès le départ. Vous éliminez ainsi des rectifications faites a posteriori et vous préservez qualité de vos systèmes.   

  

6.  Entretenez adéquatement vos solutions. Effectuer régulièrement des mises à jour retarde l’apparition d’une nouvelle dette technologique. Centraliser la gestion des demandes d’ajouts et de corrections évite aussi qu’une multitude de modifications indépendantes soient apportée à vos solutions et affecte la cohésion de leur structure. Votre cartographie des processus devient ici un atout majeur, car il vous permet d’évaluer l’incidence de chaque demande et prendre des décisions avisées.   

  

 

Vous souhaitez vous attaquer à votre dette technologique ?

 

Nous pouvons faciliter votre cheminement et vous accompagner dans l’analyse, la définition et la réalisation de votre projet.   

 

Contactez-nous, ce sera un plaisir d’en discuter avec vous !

Articles récents